Que faut-il savoir au sujet de la vitamine K ?

Woundedkneeschool.orgSantéVitaminesQue faut-il savoir au sujet de la vitamine K ?

La vitamine K reste peu connue, or, elle remplit un rôle crucial dans le maintien d’une bonne santé physique et mentale. Donc, avoir un taux de vitamine K adéquat s’avère important et permet de prévenir d’éventuelles maladies. Vous voulez en savoir plus sur les secrets que renferme cette vitamine ? Nous vous invitons à poursuivre votre lecture pour découvrir tous les bienfaits qu’elle peut vous apporter.

Qu’est-ce que la vitamine K ?

La vitamine K (du mot danois koagulation) est considérée comme un nutriment non-singulier car elle fait partie des nombreux composés de naphtoquinone liposolubles ayant une structure chimique commune de 2-méthyl-1,4-naphtoquinone. Vous pouvez l’obtenir naturellement dans certains aliments, mais elle est également disponible sous sa forme synthétique nommée ménadione et ce, à travers des compléments alimentaires.

Les types de vitamine K et les aliments source

La vitamine K comprend deux formes primaires, chacune ayant des contributions très différentes au bon fonctionnement de l’organisme humain. La première forme principale est la vitamine K1 ou phylloquinone, elle est considérée comme la principale source alimentaire de vitamine K, représentant environ 90 % de son apport total. La K1 se trouve principalement dans les légumes à feuilles vertes. La deuxième forme, quant à elle est la vitamine, K2 ou ménaquinone, elle se distingue par son activité biologique et on la trouve dans les produits d’origine animale et les aliments fermentés. Voici une liste contenant les aliments riches en phylloquinone et ménaquinone :

  • Salade verte ;
  • Brocoli ;
  • Chou frisé ;
  • Epinards ;
  • Viandes ;
  • Produits laitiers ;
  • Œufs ;
  • Natto, un produit à base de soja fermenté.

Le rôle de la vitamine K dans le corps humain

La vitamine K offre divers bienfaits à notre organisme en raison de la forte corrélation entre elle et plusieurs parties de notre corps. En effet, plusieurs études ont suggéré que la vitamine K favorisait le maintien de la solidité des os, améliorait la densité osseuse et diminuait le risque de fractures et l’ostéoporose. D’un part, elle permet l’amélioration de la mémoire épisodique chez les personnes âgées. D’autre part, en terme de santé cardiaque, la vitamine K peut aider à maintenir la pression artérielle plus basse en empêchant la minéralisation, où les minéraux s’accumulent dans les artères. Cela permet au cœur de pomper le sang librement à travers le corps. La minéralisation se produit naturellement avec l’âge et constitue un facteur de risque majeur de maladie cardiaque. Il a également été démontré qu’un apport adéquat en vitamine K réduisait le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Carence en vitamine K

Une carence en vitamine K ne se produit que rarement car un apport suffisant en vitamine est généralement présent dans l’alimentation. De plus, la vitamine est synthétisée par des bactéries dans l’intestin. Cependant, sa présence dans le corps entraîne une augmentation de coagulation du sang chez une personne, elle peut survenir suite à l’administration de certains médicaments inhibant la croissance des bactéries qui synthétisent les vitamines, ou à la suite de troubles affectant la production ou l’écoulement de la bile, elle-même nécessaire à l’absorption intestinale de la vitamine K. Chez les nouveau-nés, l’absence de bactéries intestinales, de faibles niveaux de vitamine K dans le lait maternel ou l’absence de réserves corporelles de vitamine K peuvent entraîner des saignements. Ces derniers peuvent être évités par l’administration de vitamine K peu de temps après la naissance. Il existe plusieurs autres symptômes associés à une carence en vitamine K. Le symptôme principal est un saignement excessif. Les signes supplémentaires peuvent inclure :

  • Ecchymoses ;
  • Saignements dans les muqueuses ;
  • Selles noir foncé ou contenant du sang.

Traitement de la carence en vitamine K

Le traitement pour la carence en vitamine K est le Phytonadione, qui est la vitamine K1. La plupart du temps, les médecins la prescrivent par voie orale et peuvent également la prescrire par injection sous-cutanée. Les médecins prescriront une dose plus faible de Phytonadione à une personne prenant un anticoagulant, ceci afin d’éviter une complication due aux anticoagulants interférant avec la production de vitamine K par le corps.